A bord du Titanic

Le 21 mars 1912, Jack écrit de Belfast à sa soeur Elsie "Je suppose qu'Ethel t'a écrit pour te dire que je vais sur le Titanic, le 29 mars ou le 2 avril. Affectueusement, Jack."
Le même jour, le 6ème officier du Titanic, James Moody écrit chez lui pour informer sa famille de sa nouvelle affectation : "Notre opérateur Marconi vient, un grand copain à moi."
 
 
131018122305876307
131018121923291694
Ecrite le 6 avril 1912 "Merci beaucoup pour votre lettre. Nous avons beau temps, je suis allé à Cowes hier. Je vous écrirai avant de partir."
 
 
A bord du Titanic, Jack et son opérateur adjoint Harold Bride sont très occupés durant les essais et le voyage de Belfast à Southampton. Bride était âgé de 22 ans. Transféré du SS Anselm, il avait rejoint Marconi neuf mois auparavant. Ils ont réalisé une portée de 400 miles, les perturbations atmosphériques étaient telles qu'ils pouvaient échanger des messages avec Tenerife et Port Said à des milliers de miles de distance. Une fois que le travail ait été effectué, ils étaient libres de visiter Southampton. Phillips dormait sur le bateau vu qu'il n'y avait qu'une couchette dans la cabine de repos tandis que Bride séjournait au Bannisters Hôtel. Ils ont profité du week-end de Pâques pour visiter Cowes sur l'Ile de Wight et sont rentrés le mardi 9 avril à 23h30.
 
Le départ était prévu le lendemain à midi mais il fut retardé de plus d'une heure suite à un incident impliquant le SS New York (navire où Phillips a travaillé en début de carrière) qui a failli heurter le Titanic lorsque ce dernier en quittant son quai a fait rompre les aussières arrières du New York du fait de la turbulence provoquée par les hélices. Certains y ont vu un mauvais signe. Le remorqueur Vulcan a pu empêcher l'accident, ce qui aurait conduit le Titanic à retourner à Belfast pour des réparations et aurait retardé le voyage inaugural de plusieurs semaines.
 
Le Titanic est arrivé à Cherbourg vers 18h où 274 passagers attendaient d'embarquer dont le colonel John Jacob Astor qui a payé 224 £ sa cabine de 1ère classe (l'équivalent pour Phillips de 4 ans de salaire). Le travail à bord du Titanic était harassant et Phillips aurait difficilement trouvé du temps pour fêter son 25ème anniversaire le 11 avril. Départ de Queenstown en Irlande (aujourd'hui Cobh), la deuxième et dernière escale du Titanic, les 2 opérateurs s'affairent à transmettre et recevoir les messages personnels des passagers fortunés à leurs familles et leurs amis alors que le navire s'éloigne de plus en plus des côtes. Phillips s'occupait du quart 20h-2h tandis que Bride prenait son quart de 2h à 8h, le reste de la journée ils se relayaient régulièrement.
 
 
Harold Bride, la seule photographie de la station radio du Titanic
 
Le vendredi 12 avril vers 23h00, le transmetteur Marconi tombe en panne. Mais comme les passagers de 1ère classe insistaient pour envoyer des messages privés, Phillips a fait ce qu'il n'était absolument pas censé faire, il l'a réparé lui-même.
C'est ce qu'affirme Parks Stephenson, ingénieur : Le manuel de maintenance Marconi indique qu'en cas de panne, il faut se mettre sur la batterie ce qui donne un champ de transmission de 130 km alors que le champ normal est de 400 km. Puis une fois à terre, la radio doit être confiée à un ingénieur Marconi qui la remettra en service mais cette nuit là, les 2 opérateurs ont passé 6 heures à chercher l'origine de la panne. Jack a trouvé un court circuit dans le bobinage secondaire du transformateur. Ils l'ont réparé, l'ont remonté, l'ont testé et le transmetteur était comme neuf.
La radio a été réparée le samedi 13 un peu avant 5h du matin. Les 711 survivants doivent leur vie aux compétences techniques de Phillips. S'il avait également suivi la procédure, le Titanic serait resté injoignable lors de la catastrophe. Aucun SOS n'aurait pu être envoyé et en définitif aucun sauvetage n'aurait eu lieu.
 
Phillips et Bride travaillèrent sans relâche pour rattraper leur retard dû à la panne. Les messages privés arrivaient en abondance, Bride faisait parvenir les avis de glace sur le pont mais certains n'ont pas été remis au commandant ou ont été pris à la légère. Il faut savoir qu'à cette époque, les messages privés étaient prioritaires aux avis de glace car ils rapportaient de l'argent à Marconi. On se méfiait encore de la télégraphie sans fil qui était une technologie récente.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site